Translate

vendredi 2 décembre 2016

CULTUREBOX - Trans 2016 : le festival défricheur en direct et en replay

Trans Musicales de Rennes - 30 nov. - 4 dec.
Trans 2016 : le festival défricheur en direct et en replay
Trans 2016 : le festival défricheur en direct et en replay
Du 30 novembre au 4 décembre, Culturebox s’installe aux Trans Musicales de Rennes, festival dénicheur de nouveaux talents et de découvertes musicales.

Vivez l’ambiance du festival comme si vous y étiez avec plus de quinze concerts en direct et en replay, des contenus vidéo courts et inédits, ainsi qu’une couverture des meilleurs moments de l’édition 2016 par la rédaction.
Suivre en direct
Les vidéos des concertsLa couverture de la rédaction
Les vidéos des concertsLa couverture de la rédaction
Concerts en direct, replay et vidéos bonus avec Rejjie Snow, Lucky Chops, Con Brio, The Jacques, Nova Twins, The Barbarettes...Les rendez-vous à ne pas manquer de l’édition 2016 et le bilan de la première soirée de la rédaction sur place.
Voir les vidéos
Lire la suite

MÉLENCHON - FAQ - 6E RÉPUBLIQUE, CANNABIS, BIO, YOUTUBE, SNOWDEN, ASSANGE…


https://www.youtube.com

JEAN-LUC MÉLENCHON 


MÉLENCHON - FAQ - 6E RÉPUBLIQUE, CANNABIS, BIO, YOUTUBE, SNOWDEN, ASSANGE…


           
Ajoutée le 30 nov. 2016
Depuis le lancement de la FAQ, nous avons reçu plus de 3000 questions ! Réponses à quelques unes que vous aviez posées sur Youtube et sur Twitter avec le hashtag #MelenchonFAQ. Voici les thèmes :

1) La 6e République :
01:14 : La Constituante : pourquoi, comment ?
07:30 : Le tirage au sort : pour ou contre ?
10:13 : Le processus constituant et l'application du programme.
15:10 : Quel délai pour la mise en place de la Constituante ?

2) Questions diverses :
15:41 : le swag
15:51 : l'énergie de l'action
17:20 : le manga «Jean-Luc No Révolution». À noter, du nouveau sur cette question depuis le tournage de la FAQ puisque Jean-Luc Mélenchon et Ganesh2 se sont rencontrés à Bordeaux (voir ici https://twitter.com/JLMelenchon/statu... et ici https://twitter.com/JLMelenchon/statu...)

3) Le bio
18:15 : Quinoa dans les cantines ?

4) Le cannabis
20:20 : Pour ou contre la légalisation du cannabis ?

5) Youtube, médias et réseaux sociaux
24:18 : Pourquoi avoir lancé la chaîne Youtube ?
27:54 : La chaîne Youtube et le rapport aux médias.
32:04 : Accro aux réseaux sociaux ?

6) Campagne présidentielle
34:00 : D'où vient l'argent pour faire campagne ? - Faites un don : https://dons.jlm2017.fr
36:16 : L'extrême droite au second tour ?

7) Actionnariat
37:30 : La modulation des droits de vote des actionnaires en fonction de la durée des investissements n'est-elle pas un risque ?

8) Le TISA
41:15 : Parlez du TISA !

9) Les lanceurs d'alerte
43:21 : Que pensez-vous de Snowden et Assange ?

10) 47:37 : Conclusion

Les Crises.fr - [Vidéo] Frédéric Lordon à HEC Débats – Conférence – Présidentielles 2017, Nuit Debout, Capitalisme

http://www.les-crises.fr


                                     Les Crises - Des images pour comprendre
3
Déc
2016

[Vidéo] Frédéric Lordon à HEC Débats – Conférence – Présidentielles 2017, Nuit Debout, Capitalisme


Source : Youtube, Frédéric Lordon, 20-11-2016
capture-decran-2016-11-07-a-13-53-55
Frédéric Lordon était l’invité d’HEC Débats le 21 septembre 2016
Sociologue et économiste, fin connaisseur de la pensée de Spinoza, Frédéric Lordon est connu pour ses prises de position intellectuelles et politiques. Membre du collectif des Economistes Atterrés, figure éminente du mouvement Nuit Debout, il vient se confronter à un public qu’il connait bien, puisqu’il est lui-même titulaire du MBA HEC !
Après avoir présenté succinctement sa vision du salariat comme rapport d’aliénation, il évoque tour à tour le mouvement Nuit Debout et l’avenir de la gauche et du capitalisme en général.
Cette conférence constitue une bonne introduction à sa pensée et intéressera tous ceux, détracteurs ou partisans, qui s’intéressent au sens de la politique et à l’avenir de la démocratie.
Source : Youtube, Frédéric Lordon, 20-11-2016

Les Crises.fr - [Vidéo] Médicaments, l’overdose ?

http://www.les-crises.fr

                          Les Crises - Des images pour comprendre
3
Déc
2016

[Vidéo] Médicaments, l’overdose ?

Comme la propagande touche de nombreux secteurs, voici un beau reportage sur l’industrie pharmaceutique vu sur LCP…
Les Nouveaux Jackpots Des Laboratoires Pharmaceutiques :
Suivi d’un débat : Médicaments, l’overdose ? en présence de : André GRIMALDI, médecin et Jean de KERVASDOUÉ, économiste de la Santé.

Laisser un commentaire ici --->http://www.les-crises.fr/medicaments-l-overdose/


Les Crises.fr - Finalement, laisser les Philippines partir, par Jonathan Marshall

http://www.les-crises.fr


                                 Les Crises - Des images pour comprendre
3
Déc
2016

Finalement, laisser les Philippines partir, par Jonathan Marshall


Source : Consortium News, le 21/10/2016
Le 21 octobre 2016
Exclusif : Les fonctionnaires de Washington sont dans tous leurs états à propos du rapprochement du Président des Philippines Duterte avec la Chine, et son éloignement des États-Unis, mais ce réalignement augmente la possibilité d’une épreuve de force militaire entre les États-Unis et la Chine, écrit Jonathan Marshall.
Par Jonathan Marshall
Alors que la crise au niveau des relations entre les États-Unis et les Philippines dégénère, les baromètres de la prudence traditionnelle à Washington sont tous fixés sur la zone rouge “danger”. Les habiles responsables politiques américains devraient cependant voir dans cette crise une opportunité pour la paix régionale, apportée par les ouvertures du Président des Philippines Rodrigo Duterte vers la Chine.
L’autoritaire mais populaire, Duterte, qui peut être encore plus dérangeant et narcissique que Donald Trump, a fait les gros titres en se comparant à Adolf Hitler, en se vantant de ses conquêtes sexuelles, et a invectivé d’un langage fleuri à la fois le Président Obama et le pape François. Mais il a causé encore plus d’aigreurs d’estomac à Washington en annonçant bruyamment sa préférence pour le réchauffement des relations avec la Chine.
Le Président des Philippines Rodrigo Duterte (Photo credit: rodrigo-duterte.com)
Le Président des Philippines Rodrigo Duterte (Photo credit: rodrigo-duterte.com)
Lors de sa visite d’État en Chine, Duterte a déclaré mercredi qu’il était “temps” pour les Philippines “de dire au revoir” aux États-Unis alors que son pays redessine une nouvelle carte avec de « nouvelles orientations » dans ses relations extérieures. Cette déclaration n’était pas un hasard. Il y a quelques semaines, il a dit à un auditoire à Manille, “Je vais rompre avec l’Amérique. Je vais plutôt me tourner vers la Russie et la Chine.”
Derrière sa rhétorique musclée, Duterte a promis de mettre fin à des exercices militaires conjoints avec les forces armées américaines et de renvoyer chez elles les centaines de troupes américaines stationnées aux Philippines. Ses vœux contredisent fortement les accords bilatéraux conclus ce printemps, avant son entrée en fonction, qui stipulaient de permettre aux forces américaines d’utiliser cinq bases militaires aux Philippines et de débuter des patrouilles navales conjointes visant à dissuader l’expansion agressive de la Chine dans la Mer de Chine du Sud.
Le rejet de Duterte des liens militaires traditionnels avec les États-Unis a provoqué la panique des analystes de la politique étrangère conventionnelle. Sur le schéma de la Guerre froide, ils voient tous les changements en Extrême-Orient comme un jeu à somme nulle, bénéficiant soit à la Chine soit aux États-Unis, au détriment de la puissance de l’une ou de l’autre.
Un coup au prestige
Selon le Wall Street Journal, les interventions de Duterte “ont remis en question la relation de longue date entre Manille et Washington, en donnant un coup au prestige américain, et en sapant éventuellement les efforts que les États-Unis ont déployés pour endiguer l’influence croissante de la Chine dans la région Asie-Pacifique.”
Le Président de la Chine Xi Jinping.
Le Président de la Chine Xi Jinping.
De même, Andrew Shearer, analyste au Centre d’Etudes Stratégiques et Internationales à Washington,avertit : « Si la Chine réussit à éloigner les Philippines des États-Unis, ce sera une victoire majeure dans la campagne à long terme menée par Pékin pour ébranler les alliances avec les États-Unis dans la région. Cela va alimenter les craintes que la combinaison appropriée d’intimidations et d’incitations pourrait amener d’autres partenaires à s’éloigner de Washington. »
La posture anti-Washington de Duterte reflète plusieurs influences. L’une est son grief nationalistesuscité par les documents montrant la brutalité de la guerre coloniale américaine aux Philippines à partir de 1899. Qui plus est, Duterte déteste les dirigeants américains (ou toute autre personne) lui tenant des discours sur les droits de l’Homme, notamment au sujet de son soutien aux escadrons de la mortqui ont tué des milliers de petits criminels et des enfants des rues. Washington a menacé de retenir une partie de l’aide économique si Manille continue cette horrible politique.
Mais Duterte joue également un jeu astucieux avec la Chine. En juillet, Pékin a ravalé sa fierté après que les Philippines ont gagné une décision d’arbitrage international contre la Chine parce qu’elle avait empiété sur leurs lieux de pêche traditionnels et leurs droits à l’exploitation sous-marine des minerais.
Duterte a été assez malin pour réaliser que, même avec le soutien militaire des États-Unis, il ne pouvait pas se permettre de contester les incursions illégales de la Chine.
“Que pensez-vous qu’il va arriver à mon pays si je choisis d’entrer en guerre ?” demande-t-il. “Nous pouvons seulement dialoguer.”
Au lieu d’exiger une reddition inutile, Duterte a donc choisi d’arroser la Chine d’amour et de respect. Il lance un appel avec brio à la psychologie des fiers dirigeants Chinois, qui sont heureux d’être magnanimes avec les Philippines tout en damant le pion aux États-Unis.
Dialoguer, ne pas combattre
Une porte-parole du Ministère des Affaires étrangères de la Chine a salué l’engagement de Duterte pour résoudre les conflits territoriaux « par le biais de la consultation et du dialogue » et a ajouté : « Celui qui veut vraiment la paix, la stabilité, le développement et la prospérité dans la région Asie-Pacifique » devrait faire bon accueil à la visite d’État de Duterte. Elle était dans le vrai.
Le président chinois Xi Jinping reçoit le président Barack Obama à son arrivée pour le sommet du G20 au Centre de l'Exposition Internationale de Hangzhou, en Chine, le 4 septembre 2016. (Photo Officielle de la Maison-Blanche par Pete Souza)
Le président chinois Xi Jinping reçoit le président Barack Obama à son arrivée pour le sommet du G20 au Centre de l’Exposition Internationale de Hangzhou, en Chine, le 4 septembre 2016. (Photo Officielle de la Maison-Blanche par Pete Souza)
Duterte améliore considérablement la sécurité nationale des États-Unis en réduisant les risques de départ d’un conflit avec la Chine en mer de Chine méridionale. En outre, en révisant à la baisse l’alliance militaire entre les États-Unis et les Philippines, il réduit le risque que les forces américaines soient appelées à se battre si les Philippines devaient un jour se livrer à des escarmouches militaires avec la Chine.
Les décisions de Duterte devraient inciter les Américains à se poser des questions fondamentales sur le but des alliances militaires américaines dans la région. Est-ce que notre alliance avec les Philippines sert principalement à protéger la sécurité des États-Unis, ou à protéger généreusement un ami vulnérable contre l’agression chinoise ?
Le précédent raisonnement n’est plus convaincant : les Philippines étaient un assujettissement stratégique pendant la Seconde Guerre mondiale mais ne présentent aujourd’hui aucun intérêt pour la défense de la patrie américaine, qui, à court terme, ne fait face à aucune menace militaire de guerre nucléaire.
Les États-Unis n’ont pas besoin des Philippines pour aider à protéger les voies maritimes commerciales, quelles qu’elles soient. La Chine, avec sa grande dépendance à l’égard du commerce international et du transport maritime, a toutes les raisons de respecter et de défendre la liberté de circulation sur mer. L’expansion de la Chine dans la Mer de Chine du Sud vise à contrer la puissance militaire des États-Unis et à accéder aux ressources sous-marines plutôt qu’à bloquer la navigation commerciale.
La seconde raison devient caduque si les Philippines deviennent rapidement amies avec la Chine. Si notre objectif est de protéger notre ancienne colonie contre l’agression, nous devrions applaudir le réchauffement de ses relations avec Pékin.
Interpeller la Chine
L’une des raisons restante pour l’alliance militaire est – ce que la Chine craint – de contenir Pékin en l’entourant de bases américaines. Le consensus conventionnel, reflété par un rapport de 2015 du Conseil sur les Relations Etrangères, étiquette la Chine comme « le concurrent le plus important des États-Unis pendant les décennies à venir », et recommande la « concertation pour développer les capacités des alliés et amis des américains à la périphérie de la Chine ; et l’amélioration de la capacité des forces militaires américaines pour projeter efficacement le pouvoir dans la région Asie-Pacifique.”
La Chine et ses voisins
La Chine et ses voisins
Mais, fière, nationaliste et toujours plus riche, la Chine ne restera pas bien longtemps à subir l’humiliation d’un statut de seconde zone dans son propre environnement. La politique américaine d’endiguement installée, si elle n’est pas officiellement avouée au sein du “pivot vers l’Asie,” par l’administration Obama, garantit l’hostilité chinoise et la menace croissante d’un conflit avec les États-Unis.
Une politique plus intelligente serait de renverser ce paradigme en accueillant les ouvertures de Duterte vers la Chine et en encourageant les autres pays de la Mer de Chine méridionale à engager des pourparlers bilatéraux ou multilatéraux avec Pékin.
En 1900, au paroxysme de la brutale campagne anti-insurrectionnelle des États-Unis contre les rebelles philippins, l’anti-impérialiste Mark Twain a dit qu’au lieu d’essayer de conquérir les populations locales, il aurait mieux valu « se contenter, de plein gré et par devoir, de rendre ces gens libres, et de les laisser régler à leur manière leurs propres questions internes. » Ceci reste une bonne règle partout, mais surtout dans les Philippines d’aujourd’hui.
Source : Consortium News, le 21/10/2016
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Les Crises.fr - Starship Troopers : l’un des films les plus incompris de tous les temps, par Calum Marsh

    http://www.les-crises.fr                     

                                   Les Crises - Des images pour comprendre
3
Déc
2016

Starship Troopers : l’un des films les plus incompris de tous les temps, par Calum Marsh


Source : The Atlantic, le 07/11/2013
La prise de conscience que ce film de science-fiction est une satire est restée ignorée des critiques lorsqu’elle a émergé 16 années après. Aujourd’hui, certains commencent à saisir la plaisanterie.
Calum Marsh, le 7 novembre 2013
TriStar Pictures; Touchstone Pictures
TriStar Pictures; Touchstone Pictures
Lorsque Starship Troopers de Paul Verhoeven est sorti au cinéma il y a 16 ans, la plupart des critiques américains l’étrillèrent. Dans le New York Times, Janet Maslin éreinta “le spectacle épouvantable et dément” propulsant sur le devant de la scène “de vulgaires accoutrements taillés pour des garçons adolescents.” Jeff Vice, du Deseret News appela cela: “une éclaboussure sans fin aussi dépourvue de goût et de logique qu’elle donne même l’air intelligent à la plus décérébrée des superproductions de l’été.” Roger Ebert, qui avait loué “la satire sociale aiguisée” du Robocop de Verhoeven, trouva le film “unidimensionnel”, d’un néant insignifiant “fait pour des fans de science-fiction de 11 ans.”
Mais ces critiques n’avaient pas compris la subtilité. Starship Troopers est une satire, une parodie impitoyablement drôle et pleinement consciente du militarisme d’extrême droite. Le fait qu’il ait été et continue à être pris au pied de la lettre démontre la très grande vacuité des critiques de films.
Starship Troopers se situe dans un futur lointain, où l’espèce humaine a commencé à coloniser des mondes au-delà des frontières de notre galaxie. Les habitants de la terre ont provoqué une autre espèce d’extraterrestres malveillante ressemblant à des insectes, qui ripostent violemment contre notre planète qu’ils perçoivent soudainement et avec raison comme hostile. Interprétant des tactiques d’autodéfense évidentes pour des manœuvres d’agressions, la race humaine rassemble ses forces mondiales et se lance dans une guerre interstellaire d’un autre temps. La rhétorique tout au long du film est indéniablement fascisante : des soldats d’infanterie terriens à usage unique, parmi lesquels notre héros, un ancien apprenti pilote de la classe d’âge des étudiants des hautes écoles faisant partie intégrante des rangs, se voient galvanisés par des slogans idiots qu’ils régurgitent sur commande avec sincérité pendant qu’ils sont envoyés au massacre (“Le seul bon insecte est un insecte mort ! ” est le slogan favori – les allusions à La ferme des animaux abondent.)
Le film qui en résulte critique le complexe militaro-industriel, le chauvinisme de la politique étrangère américaine, et une culture qui privilégie la violence réactionnaire sur la compassion et la raison. Le scénario d’Edward Neumeier, écrivain de Robocop, a fourni le cadre démodé de science-fiction du roman notoirement militariste de Robert A. Heinlein, avec des archétypes empruntés à des séries pour adolescents et des fictions pour jeunes adultes, sapant le côté sérieux de la farce du texte original. Même la conclusion s’attache à amenuiser tout sentiment résiduel d’héroïsme et de bravoure. Nous voyons nos protagonistes, ayant échappés de justesse à la mort au cours d’une mission quasi suicidaire, partant de nouveau à la bataille dans une vidéo de recrutement glorificatrice, suggérant que dans la guerre la seule récompense d’une bataille bien menée est la perspective d’une nouvelle bataille.
Près de deux décennies après la sortie de ce film, les critiques de Starship Troopers ne se sont pas particulièrement améliorées. Mais on peut sentir le débat qui commence à évoluer, il en est venu à être légitimement apprécié par certains comme un chef d’œuvre méconnu. Arrivant en 20e position l’an dernier sur la liste des 100 meilleurs films des années 1990 (sondage de Slant Magazine dans lequel la publication est complète, je faisais partie des critiques votants), le site de Phil Coldiron le décrit comme “un des plus importants de tous les films anti-impérialistes”, une parodie du genre hollywoodien dont la superficielle “méchanceté” est au centre de sa critique. Il se trouve en bonne place au palmarès du film de A.V. club des années 90 en apparaissant dans le top 50 des votes où il a été salué comme “une satire gonzo [journalisme ultra-subjectif, NdT], destinée, même conçue à être mal comprise.” Scott Tobias, ancien rédacteur en chef de A.V. Club section films a salué Troopers quelques années plus tôt comme “le film de studio majeur le plus subversif de ces dernières années,” faisant remarquer qu’il semble dorénavant absurde de le considérer comme un quelconque film godiche de science-fiction, dont ses détracteurs l’accusaient.
Le slogan pour RiffTrax est “Vos films préférés sont des films drôles !” Ce qu’ils ne semblent pas comprendre, c’est que Starship Troopers est déjà drôle et intelligent.
Mais les idées trompeuses de départ persistent encore. Le 4 octobre, RiffTrax a publié un épisode dans lequel ils se sont moqués de Starship Troopers, un film que leur site web décrit comme « balourd et gueulard » et un « cafouillage imbécile ». Mike J. Nelson et ses acteurs vedettes de RiffTrax Kevin Murphy et Bill Corbett chahutent le film avec autant de perspicacité et d’esprit qu’ils ont mal compris le second degré du film. Exemple d’humour : à un moment donné, une bombe détruit une bestiole géante, et les trois hurlent « Oh non, Raid ! » Plus tard, Denise Richards sourit, et quelqu’un dit, d’une voix robotique : « Sourire-o-tron 3000 engagé. » Ça continue comme ça. Le slogan pour RiffTrax est “Vos films préférés sont des films drôles !” Ce qu’ils ne semblent pas comprendre, c’est que Starship Troopers est déjà drôle et intelligent.
Troopers, bien sûr, est loin d’être le seul exemple de film généralement incompris. En prenant suffisamment de recul, même le film le plus ardemment crucifié peut un jour trouver son héritage ressuscité, gagnant ainsi des décennies plus tard une tardive et légitime reconnaissance. Peut-être que ce temps est proche pour Troopers ; avec un peu de chance, au moins quelques auditeurs de Rifftrax ont dernièrement fait remonter à propos de ce film ce qui s’était réellement passé. Si vous êtes ouvert et en accord avec lui – si vous êtes préparé à la rigueur et l’intensité de l’approche de Verhoeven – vous comprendrez ce que la comédie burlesque de Starship Troopers est en train de vous raconter. Et vous rirez.
Source : The Atlantic, le 07/11/2013
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Une réponse à Starship Troopers : l’un des films les plus incompris de tous les temps, par Calum Marsh


à lire sur Sciences et Avenir - vendredi 2 décembre 2016

                                             Sciences et Avenir

Les titres de Une
2 décembre 2016
Conférence interministérielle de l'ESA : Exomars 2020 financé
Jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2016, le Conseil de l'Agence spatiale européenne au niveau ministériel se réunissait à Lucerne, en Suisse, afin de discuter des futures activités spatiales de l'Europe. Le compte-rendu de Sciences et Avenir.
Conférence interministérielle de l'ESA le 2 décembre 2016


Anne HidalgoClimat : "Les villes sont à l'avant-garde du changement" déclare Anne Hidalgo
Anne Hidalgo était à Mexico pour le C40 qui réunit 90 villes du monde entier. Ces dirigeants ont évoqué les initiatives pour réduire le réchauffement climatique.
spacerSeparationSeparation
Téléthon 2015Maladies rares : comment sont distribués les dons du Téléthon ?
Comme chaque année, le temps d'un week-end, le Téléthon prend ses quartiers sur les antennes du service public afin de récolter des fonds pour la recherche sur les maladies génétiques.
spacerSeparationSeparation
La danse des flamants roses, en CamarguePourquoi les flamants roses dansent-ils aussi bien ?
La parade nuptiale des flamants roses se traduit en une danse effrénée et synchronisée visant à choisir un partenaire pour la reproduction. Plus la danse est complexe, plus la chance de se reproduire augmente.
spacerSeparationSeparation
Fœtus en réalité virtuelleVIDEO. Voir son futur bébé à l'aide de la réalité virtuelle
Des chercheurs ont développé une technologie permettant aux futurs parents de voir grandir bébé dans le ventre maternel à l'aide d'un casque de réalité virtuelle.
spacerSeparationSeparation
Lire la suite sur Sciencesetavenir.fr
spacer
spacerEn imageEN IMAGE
SpaceAbri de la Roche aux Sabots
Une exposition photographique et un beau livre révèlent les gravures rupestres cachées dans le Massif de Fontainebleau
SpaceVestiges de la cité assyrienne de Nimroud, en Irak
EN IMAGES. Les destructions par Daesh de la cité archéologique de Nimroud, en Irak
Space3 nations dans l'espace
L'astronaute Thomas Pesquet s'est envolé vers l'ISS
spacer
Grippe aviaire : coup dur pour les producteurs de foie grasGrippe aviaire : la France ne pourra pas exporter son foie gras
Un nouveau foyer de grippe aviaire a été découvert dans le Sud-ouest de la France, un nouveau coup dur pour les producteurs français de volailles et foie gras, car cela va les empêcher de reprendre leurs exportations hors d'Europe, suspendues depuis un précédent épisode de la maladie.
spacerSeparationSeparation
Le physicien Etienne KleinEtienne Klein : « Je ne démissionnerai pas de la présidence de l’IHEST »
Etienne Klein, physicien au CEA, président de l'Institut des hautes études pour la science et la technologie, est accusé de plagiat par le magazine L'Express. Sa réaction, et l'édito de Dominique Leglu, directrice de la rédaction de Sciences et Avenir.
spacerSeparationSeparation
Comment communiquer efficacement avec les dataLes 4 clés psychologiques d'une infographie scientifique efficace
Une étude publiée dans Nature Climate Change évalue l'impact psychologique et cognitif des infographies scientifiques publiées par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). À la clé, 4 pistes pour mieux communiquer sur l'urgence climatique.
spacerSeparationSeparation
Version interactive du tableau périodique de MendeleïevLes quatre nouveaux éléments chimiques du tableau ont officiellement un nom
Les dénominations proposées en juin 2016 pour quatre nouveaux éléments du tableau périodique ont été approuvées par l'Union internationale de chimie pure et appliquée (IUPAC) et l'Union internationale de physique pure et appliquée (UIPPA).
spacerSeparationSeparation
Lire la suite sur Sciencesetavenir.fr
spacer
spacerEn imageEN VIDEO
SpaceASTRO. Les trous noirs
ASTRO. Les trous noirs
SpaceUne technologie pour voir le fœtus en réalité virtuelle
Une technologie pour voir le fœtus en réalité virtuelle
Space"VeSage", une idée pour recycler les végétaux
"VeSage", une idée pour recycler les végétaux
spacer
À lire cette semaine
Sciences et Avenir de cette semaine